L'actu du labo

Soutenance de thèse de Amelia Rus-Rucart

6 octobre 2023

Amelia Rus-Rucart soutient sa thèse en Sciences humaines et humanités nouvelles. Spécialité Apprentissage des langues

Usage des outils de traduction automatique comme aide à la compréhension de l'écrit en anglais. Le cas d'élèves ingénieurs en alternance à l'Ecole d'ingénieurs du Cnam

sous la direction de Madame Muriel GROSBOIS

Jury

  • Mme Claire TARDIEU, Professeure, Université Sorbonne Nouvelle, Examinatrice
  • M. Rudy LOOCK, Professeur, Université de Lille, Examinateur
  • M. Pascal ROQUET, Professeur, Conservatoire national des arts et métiers, Examinateur
  • Mme Beatrice DUPUY, Professeure, The University of Arizona, Rapporteure
  • Mme. Shona WHYTE, Professeure, Université Côte d’Azur, Rapporteure

Résumé de thèse

Cette recherche doctorale se donne pour objectif d’explorer l’usage des outils de traduction automatique par des élèves ingénieurs à des fins de compréhension de l’écrit en anglais, compétence clé en contexte professionnel pour ce public, sachant que le terrain d’expérimentation est celui de l’École d’ingénieurs en alternance du Conservatoire national des arts et métiers (EiCnam). Il s’agit là d’un domaine encore peu étudié. Dans le cadre de cette recherche-action, nous explorons le choix et l’usage que les élèves ingénieurs font des outils de traduction automatique, l’impact de cet usage dans une tâche de compréhension d’un texte plus ou moins spécialisé : le premier en « anglais sur objectifs professionnels larges » et le second en « anglais sur objectifs professionnels spécifiques » (Sarré, 2018, 2021), ainsi que le recul réflexif dont les élèves ingénieurs témoignent. Notre hypothèse est qu’une mise en action des élèves ingénieurs utilisant les outils de traduction automatique, sous-tendue par une posture réflexive, est susceptible d’opérer comme une aide pour leur compréhension de l’écrit, surtout chez les plus faibles. Nos résultats obtenus à la suite d’une analyse globale et détaillée tendent à montrer une disparité en fonction du niveau des élèves ingénieurs et de la nature des textes : si les élèves de niveau intermédiaire A2, en utilisant les outils de traduction automatique de leur choix, améliorent leur compréhension pour les deux types de texte, ce bénéfice s’avère être de moindre mesure pour les élèves de niveau avancé C1. Plus précisément, l’usage des outils de traduction automatique semble aider les élèves ingénieurs sur le plan lexical, surtout ceux de niveau A2 pour un texte en « anglais sur objectifs professionnels larges », et ceux de niveau A2 mais aussi ceux de niveau C1 pour un texte en « anglais sur objectifs professionnels spécifiques ». Par ailleurs, le développement d’une posture réflexive sur les principes de fonctionnement de la langue et des outils, pourrait s’avérer utile pour l’ensemble des élèves ingénieurs, dans le cadre de leur formation.