projet AI4T

L’intelligence artificielle pour et par les enseignants

AI4T

13 avril 2022

Comment aborder avec confiance les défis de l’intelligence artificielle dans l'éducation? Quelles connaissances nouvelles sont disponibles? L'IA peut-elle aider les enseignants dans leur travail? Si oui, comment les encourager à en faire un usage éclairé? Ce sont les questions auxquelles s’intéressent les partenaires du projet européen AI4T, Artificial intelligence for Teachers (L’intelligence artificielle pour les enseignants), auquel des membres du Cnesco et du laboratoire Foap participent.

Depuis le 1er septembre 2019, le Cnesco est rattaché au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), au sein du laboratoire Formation et apprentissages professionnels (Foap), à travers la création d’une chaire d’Évaluation des politiques publiques d’éducation.

Qu'est-ce que le projet AI4T ?

AI4T est un projet Erasmus+, coordonné par FEI (France Éducation international), lancé le 28 février 2021 par la France, la Slovénie, l'Italie, l'Irlande et le Luxembourg. Il vise à explorer et à soutenir l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine de l’éducation, à travers la conception et l’évaluation d’un parcours de formation continue à l’attention des enseignants et des chefs d’établissement. La formation qui sera délivrée aux participants est hybride: elle comporte un MOOC intitulé « Artificial Intelligence For and by Teachers » (réadaptation du MOOC L'intelligence artificielle... avec intelligence) et des activités en présentiel.

Pendant 3 ans, 17 acteurs des pays porteurs du projet (ministères, évaluateurs et laboratoires de recherche) vont coopérer pour concevoir, mettre en œuvre, tester et évaluer un dispositif favorisant une utilisation raisonnée et pertinente de l'intelligence artificielle en éducation.

Pourquoi s’intéresser à l’intelligence artificielle en éducation ?

Parce que dans un avenir proche, de nombreux enseignants vont être, si ce n’est déjà le cas, susceptibles d’utiliser dans leurs pratiques professionnelles des ressources éducatives incluant des éléments d'intelligence artificielle, dont ils n’ont pas toujours conscience. L’objectif de ce projet est d’aider les enseignants à mieux comprendre la manière dont fonctionne l’IA, ses apports et les questions éthiques qu’elle soulève, afin de leur permettre d’en faire un usage éclairé.

En effet, l’utilisation de l’intelligence artificielle en éducation présente des avantages et des risques potentiels. Elle doit être accompagnée et liée aux préoccupations des enseignants pour que son développement bénéficie aux systèmes scolaires et en particulier à l’apprentissage des élèves. L'objectif de ce projet s'inscrit donc tout à fait dans la philosophie du Cnesco de faire converger les avancées de la recherche et les besoins de la communauté éducative.

Quel est le rôle du Cnesco dans le projet AI4T ?

Le Cnesco, avec le Foap, est chargé d'évaluer le projet AI4T en France et d’en coordonner l'évaluation au niveau européen. L’enjeu est de recruter, au total dans les cinq pays, 350 établissements scolaires et 1 400 enseignants de mathématiques et de langues vivantes étrangères, ayant en charge une classe de seconde pour participer au projet.

Les résultats de l'évaluation seront une ressource pour l'élaboration de politiques sur l'intelligence artificielle dans l'éducation en Europe. Le Cnesco a pour objectif de fournir un meilleur aperçu du niveau de compréhension et d'acceptation de l'IA par les enseignants et leurs élèves et d'offrir des conseils sur les leviers qu’il est possible d’utiliser pour faciliter l'intégration de l'IA dans les écoles.

Ce projet contribue à la formation des enseignants tout au long de leur vie. Il favorise le développement et le partage de bonnes pratiques concernant l’intelligence artificielle en éducation. Il bénéficie également aux chercheurs, qui vont collecter des données, évaluer et diffuser les résultats de leur recherche, ainsi qu’aux décideurs politiques, qui recevront des recommandations politiques au niveau national et européen.

17 partenaires du projet AI4T réunis à Paris en novembre 2021 © Petra Bevek