Autres projets

 Communication et multimodalité dans l’action professionnelle | depuis 2023

LabEx Hastec

Projet pluriannuel commencé en 2023, financé par le Labex Hastec.

Porteurs : Muriel Grosbois et Naouel Zoghlami

Cette recherche vise à interroger les relations inter-sémiotiques des activités de communication, les constructions de sens qui en résultent, ainsi que les jeux d’influence et de pouvoir qui leur sont liés.

En effet, si les sociétés occidentales reconnaissent désormais l’importance de la communication multimodale, l’activité professionnelle continue toutefois d’être reconnue essentiellement au travers d’une formalisation dans la langue, et ce paradoxe transparaît dans la conception de la plupart des formations professionnelles.

La multimodalité reste ainsi un impensé de la communication pour l’action professionnelle. L’enjeu est est donc ici d’explorer les dimensions de la multimodalité dans la communication pour l’action professionnelle et pour la formation à l’action professionnelle.

Productions

Journée d’étude internationale du 10 novembre 2023 au Cnam : Communication et multimodalité dans l’action professionnelle.

Publication d’un numéro spécial en cours

Approches évaluatives de dispositifs doctoraux : apports pour la recherche et pour l'action

Approches évaluatives de dispositifs doctoraux : apports pour la recherche et pour l'actionObjectifs
Les dispositifs de formation, entendus au sens d’Albero (2010), sont à la fois une conception rationnelle, « pensée », mais intègrent aussi une capacité d’auto-organisation. Trois dimensions seraient constamment à l’œuvre dans tout dispositif, l’idéel, le fonctionnel de référence et le vécu. L’exigence de professionnalisation des doctorants, en France (arrêtés sur le doctorat de 2016 et 2019) et plus largement en Europe sous l’impulsion du processus de Bologne, a nécessité de « (re)penser » les dispositifs de formation doctorale. Dans ce projet de recherche, le collectif de chercheuses évalue des dispositifs de formations doctorales dans leur triple dimension, idéelle, fonctionnelle et vécue. S’agissant de l’évaluation, elle peut être entendue comme une démarche de rationalisation visant la construction d’une appréciation en fonction de références plus ou moins formalisées. Elle consiste alors à recueillir un ensemble d’informations suffisamment pertinentes, valides et fiables et à les mettre en relation avec des critères pour établir un bilan et/ou prendre une décision (Mercier-Brunel & Jorro, 2022). L’évaluation peut également être entendue plus largement comme une activité de fonction critique ; elle consiste à questionner la valeur d’une action en vue de confirmer, d’ajuster, voire de modifier radicalement l’action entreprise (Ibidem).

Équipe
Projet porté par Elsa Chachkine, maitresse de conférences HDR au FoAP

Les autres participants pour le FoAP : Jamila Al Khatib, Catherine Adam, Natacha Dangouloff, Klara Kovesi, Cécile Plaud et Fabienne Saboya pour le FoAP.

Les participants provenant d'autres universités : Emmanuelle Annoot (Université Normandie), Maryvonne Charmillot (université de Genève) et Claudine Valérie Rouamba-Ouedarogo (l'université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou et de l'Institut des hautes études internationales et du développement de Genève), Catherine Déri (Faculté d'éducation, Université d'Ottawa), Émilie Tremblay-Wragg (UQAM), Cynthia Vincent (UQAM), Eve Lejot (Université du Luxembourg).

Financements
Laboratoire FoAP et autres financements en cours.

Productions visées

  • Une journée d’étude internationale sur les approches évaluatives de dispositifs doctoraux le 14 novembre 23 au Cnam Paris
  • Un numéro spécial dans la Revue Internationale de Pédagogie de l’Enseignement Supérieur (RIPES) à paraitre au printemps 2025.

Mon apprentissage en Europe (MONA) | depuis 2022

MONA

Le projet Mona « Mon apprentissage en Europe » a été lancé en 2022 par l’association Euro App Mobility pour développer la mobilité européenne des alternants et apprentis.

Muriel Grosbois et Naouel Zoghlami ont été sollicitées dès 2022 pour apporter leur expertise scientifique aux groupes de travail œuvrant à la conception et au déploiement de dispositifs de formation en anglais dans le cadre d’une mobilité internationale à des fins de professionnalisation.

Télécollaboration plurilingue : collaborer à distance pour résoudre des problèmes complexes dans plusieurs langues

Mots-clés 
(télé)collaboration (telecollaboration), apprentissage des langues (language learning), plurilinguisme (multilingualism), communication plurilingue outillée (multilingual communication using tools)

Participants
Elsa Chachkine (porteur, FoAP), Isabelle Salengros (enseignante-chercheuse à l'École des Ponts ParisTech), Eva dessein (Senior Lecturer in French, Massachusetts Institute of Technology), Per Urlaub (Professor at Massachusetts Institute of Technology, Director of Global Languages), Sabrina Royer (Maître de conférences en Didactique du FLE/FOS, Université d'Avignon).

Intention du projet 
Dans le cadre de cours de FLE, résoudre un problème en français mais en recourant, aux stades charnières du projet, aux autres langues du répertoire des étudiants (anglais, espagnol, arabe, hindi, etc.), à l’aide d’outils (traducteurs automatiques, dictionnaires multilingues, etc.). Nous cherchons à comprendre si le recours aux diverses langues permet une maximisation des processus de compréhension et d’expression et donc une meilleure collaboration.

Productions visées
Journée d’étude internationale sur les télécollaborations plurilingues en septembre 2024 au Cnam Paris.

Financements 
Demande en cours au CEF Ruth B. Noller Research Grant.

ETP

logo_UdpLe programme coordonné de recherches « Accompagnement et conduite de l’action de soin » a été réalisé avec le support financier du groupe PHR et s’inscrit dans le cadre d’une convention partenariale entre l’UPMC et le laboratoire Formation et apprentissages professionnels sur la Formation du Cnam. Les différents partenaires impliqués sont : l’Institut d’ETP-UPMC, la Chaire d’éducation thérapeutique du patient créée à son initiative, l’EHESS, le groupe PHR. Ce programme est porté par Catherine Tourette-Turgis et Lennize Pereira-Paulo

Privilégiant l’activité du patient au service du maintien de soi en vie et les interactivités patients/professionnels du soin dans une perspective de professionnalisation, le programme a 6 objets :

  • L'évolution des relations soignants-soignés au regard des pratiques d'éducation thérapeutiques ;
  • L’expérience vécue des sujets malades et les activités déployées par eux au service du maintien de soi en santé et en vie ;
  • La transformation des identités individuelles et collectives en rapport avec un projet institutionnel de professionnalisation dont l’analyse des activités d’accompagnement et de conseil des acteurs de santé des officines ;
  • L’étude de différentes modes de coordination et les objets de médiation circulant entre les différents acteurs du soin afin de mieux appréhender le rôle de ces outils de médiation et d’analyser les effets de ces modes de coordination sur les dynamiques et transformations identitaires des acteurs dans une perspective de professionnalisation ;
  • L’analyse de l’activité de communication et de gestes professionnels des pharmaciens ;
  • L’analyse de sa gestion de vie par l’enfant malade

Projets antérieurs

Langues, numérique et professionnalisation dans l’enseignement supérieur | 2019-2022

LabEx HastecEurocall-CnamProjet pluriannuel financé par le Labex Hastec (2019 à 2022) et par un Appel à Projet Pédagogique Innovant (2019 à 2022)

Porteurs : Muriel Grosbois et Naouel Zoghlami

Cette recherche, qui s’inscrit dans le secteur LANSAD (Langues pour spécialistes d’autres disciplines), porte sur la professionnalisation des curricula de langues, en prenant appui sur la conception et l’implémentation d’un dispositif hybride d’apprentissage de l’anglais au sein de la structure CLÉ du Cnam. Dans une perspective émergentiste (Ellis, 2008), sont étudiés plus particulièrement l’agentivité des apprenants ainsi que l’impact de la formation sur leur développement langagier, communicationnel et professionnel. La question se pose de manière vive au Cnam, dans la mesure où le public cible est composé d’adultes professionnels aux trajectoires individuelles variées, engagés dans la formation tout au long de la vie.

Productions

  • Création de ressources numériques pour l’apprentissage de l’anglais mises à disposition sur la plateforme institutionnelle Moodle, et mise en place d’échanges par télécollaboration avec l’Université de Cardiff.
  • Journée d’étude internationale à distance en 2020 Apprendre à communiquer en langues étrangères à l’ère du numérique.
  • Colloque international EUROCALL 2021 organisé conjointement par le Cnam et Sorbonne Université : CALL & Professionalization (200 communicants de 30 pays différents).
  • Ce colloque a permis d’interroger les outils numériques dans leurs liens avec l’apprentissage des langues, pour répondre aux défis majeurs auxquels sont confrontés l’enseignement supérieur et le marché du travail dans le monde globalisé actuel.

Publications

Grosbois, M., Sarré, C., Brudermann, C. & Zoghlami, N. (2022). Language use, Technology and Professionalisation in Higher Education. Special Issue: The Australian Journal of Applied Linguistics, 5(3), Castledown.

Zoghlami, N. & Grosbois, M. (2022). Accounting for individual trajectories in L2 learning: a one-year pilot case study with adult professionals. In Aguilar J., Brudermann, C., Burrows, A. & Trévisiol Nakamura, P. Le paramètre temporel dans le développement langagier : implications didactiques et pédagogiques, LIDIL, Revue de linguistique et de didactique des langues, 66.

EPICE

La recherche EPICE (EPreuves, Inventivité des Etudiants en situation de Confinement) porte sur l’activité des étudiants de master recherche et du doctorat de sciences de l’éducation durant la crise sanitaire et, en particulier, pendant la période de confinement. En effet, les étudiants de master et de doctorat ont été coupés des communautés de recherche avec lesquelles ils se formaient à la recherche. Leurs modalités d’engagement en formation ont été transformées et la question du maintien et du développement de leur activité dans ce contexte restrictif fait l’objet du questionnement scientifique.

Quels effets produit le confinement sur leur rapport au savoir ? Sur leur travail de recherche ? Quels effets sont générés par les interactions à distance via la FOAD sur leur travail ? Comment incorporent-ils les messages anxiogènes de la crise sanitaire au moment où ils ont à fournir un travail épistémique important (conceptualiser des objets de recherche, mettre en œuvre des dispositifs et processus de recherche, écrire le mémoire ou la thèse) ?

Trois hypothèses sont formulées. Premièrement, dans la situation très contraignante du confinement, les étudiants de master et de doctorat peuvent ressentir une double peine tant s’ajoute à la solitude fonctionnelle du chercheur, celle du confinement. En second lieu, sous l’effet du confinement, les étudiants peuvent ressentir un sentiment ambivalent en éprouvant une tension entre le fait d’être en accord avec leurs besoins vitaux (prendre soin de soi, de sa famille et des êtres chers) et le désir de poursuivre leur projet (relever le défi du master ou de la thèse). Enfin, les étudiants peuvent se surprendre à avoir des manières de faire inventives pour trouver les ressources utiles à la poursuite de leur travail de recherche.

Une méthodologie quantitative et qualitative sera conduite dans chaque pays partenaire du projet de recherche.

Cette recherche internationale coordonnée par Anne Jorro bénéficie du soutien financier du Cnam (la Direction de la recherche et la Direction nationale des formations) et implique des équipes de recherche de France, Belgique, Suisse et Argentine.

Pour le Foap : Anne Jorro, Elsa Chachkine, Aude Labetoulle, Fabienne Saboya.

Une publication scientifique est programmée en septembre 2021 dans la revue Le sujet dans la Cité

Silva Numérica | 2016-2020

Silva NuméricaLe projet Silva Numerica veut apporter une réponse opérationnelle aux besoins d’enseignement et de formation professionnelle par le développement d’une plateforme de réalité virtuelle pour des apprentissages systémiques complexes appliquée à un environnement forestier.
Cet espace virtuel éducatif pourra ensuite être transféré à d’autres filières.

Le projet vise tout d’abord à :

  • concevoir un environnement virtuel éducatif (EVE) lui-même évolutif simulant un environnement forestier (essences, topographies…).
  • étudier sa plus-value pédagogique pour enseigner-apprendre à des collégiens, lycéens et étudiants de la filière forêt-bois, les savoirs liés à la compréhension et la gestion d’un écosystème vivant.
  • modéliser la conception d’un EVE intégrant la collaboration des acteurs finaux (enseignants et apprenants) en vue d’une pertinence accrue des outils numériques pour les apprentissages et d’une utilisation efficiente en formation.

Le projet est construit sur 4 ans (2016-2020).